Quand le foyer conjugal est sur le point de rompre le lien du mariage, les époux doivent chercher des solutions pour y remédier. Il existe en fait des points sur lesquels ils ne s’entendent plus. Conciliations et réconciliations se multiplient, mais rien n’y fait. On est dans l’impasse. La seule issue est le divorce. Parmi les procédures de rupture de mariage connues jusqu’à présent, c’est le divorce par consentement mutuel qui est adopté par de nombreux couples. Ils y voient probablement de multiples avantages qui ne sauraient que profiter à l’un et à l’autre des mariés en conflit : c’est une procédure moins conflictuelle, économique et rapide.

Un divorce dit à l’amiable

Quand les époux n’arrivent plus à s’entendre sur de nombreux éléments de leur vie commune, c’est qu’il y a anguille sous roche. Néanmoins, ils ne vont pas chercher à éterniser le conflit, mais veulent arriver à bout du problème sans la moindre altercation. Il existe quatre procédures de divorce que l’on connaît généralement. Parmi elles, c’est le divorce par consentement mutuel qui retient maintenant l’attention du couple, car il est plus avantageux sur plusieurs points. On l’appelle communément le divorce à l’amiable. Quoi qu’il en soit, l’existence d’un avocat divorce pour chacun des conjoints est nécessaire. Ce sont ces professionnels qui vont s’occuper principalement de la préservation des intérêts de leurs clients respectifs. Ils formulent la prétention des époux et les informent sur les conséquences qui pourraient en découler. Dans ce cadre général du divorce, ces époux ne doivent en aucun cas remettre en cause les tenants et aboutissants de la procédure. L’idée générale est de respecter les normes qui régissent le divorce, y compris les intérêts des enfants le cas échéant.

Une procédure plus que rapide

Une procédure de divorce à l’amiable ne peut être amorcée sans l’aval de l’avocat de chacune des parties. Bien entendu, au terme de l’accord sur les conséquences du divorce, c’est l’avocat qui ordonne des conseils sur les modalités à suivre. C’est toujours lui qui se charge de la cristallisation de la convention de la rupture en faisant suivre les demandes en divorce au tribunal de céans. Les deux parties en conflit vont réaliser de manière visible que cette procédure a engendré un gain de temps non négligeable. Autrement dit, le délai qui court entre le dépôt de dossier et l’audience au tribunal est relativement réduit. Mais cette échéance peut ne pas être la même en fonction du tribunal compétent qui traite de l’affaire. Et ce temps dévolu à la procédure est tellement minime par rapport aux autres procédures de divorce où la voie de la conciliation est de rigueur et indispensable. La procédure de divorce à l’amiable est accélérée à la grande surprise des époux.

Un divorce pas cher

On sait que le divorce par consentement mutuel s’effectue sans qu’il y ait une déclaration officielle de conflit entre les époux. Il est aussi à l’origine d’une procédure hâtive et fait gagner du temps précieux aux conjoints sans pour autant laisser au hasard les menus détails. D’autres avantages encore plus délicats apparaissent au grand jour. Le divorce par consentement mutuel ne coûte pas cher en l’occurrence quand le professionnel s’interpose pour faire respecter les règles. Il engage moins de dépense par rapport à la procédure contentieuse qui s’implique sur deux ou plusieurs audiences consécutives. Il est en outre bien conseillé de n’engager qu’un seul avocat pour optimiser les dépenses en diminuant les coûts. Ainsi, il n’y a qu’un seul honoraire à payer à l’avocat divorce. D’ailleurs, les époux peuvent évaluer le coût du divorce à l’amiable grâce à la consultation effectuée auprès des cabinets qui leur servent de conseillers juridiques. Un divorce pas cher est envisageable quand il s’agit d’une rupture par consentement mutuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *